Par: Richard Wetzel Le: octobre 19, 2018 Dans: Non classés Commentaires: 0
Partager
FacebookTwitterLinkedInGoogle+

Peut-on conseiller à un horticulteur en recherche active d’emploi, mais néanmoins infructueuse, d’embrasser une carrière improvisée dans le secteur de l’hôtellerie, le café et la restauration ? Adieu l’art de la production d’arbres, d’arbustes, de plantes en pots, de plantes vivaces, de plantes aromatiques, de bulbes, de fleurs, mais bonjour l’art de la table ou de la plonge.

Le chiffre d’affaires de l’horticulture, pour sa partie production, représenterait une coquette somme de 1,6 milliard d’euros. Sur le site pôle emploi, 167 offres sont affichées pour la recherche d’un horticulteur en Ile-de-France.

Parallèlement, le glyphosate, un herbicide attachant jusqu’à la racine et « probablement » cancérigène pour l’Homme selon le Centre international de recherche sur le cancer (mars 2015), fut reconduit pour 5 ans pendant que l’Assemblée nationale rejetait l’inscription dans la loi du principe de précaution. L’apiculteur, chômeur, certes, mais en bonne santé et avec une possibilité de reconversion professionnelle forcée en HCR.

Un Grand plan national d’investissement avec un volet sur la formation professionnelle est mis en œuvre. 25 initiatives pour accélérer la transition écologique, évidement, édifier une société de compétences, ancrer la compétitivité sur l’innovation, construire l’Etat de l’âge numérique.

Le conseil présidentiel semble être à contre-courant des aspirations individuelles d’un horticulteur ayant peut-être suivi une formation BTSA TC – Technico-commercial champ professionnel jardin et végétaux d’ornement.

Selon l’enquête Pôle emploi, en 2018, le nombre de projets de recrutements des entreprises serait de 2,34 millions, soit une augmentation de 18,7% par rapport à 2017.

La formation initiale est aussi à l’honneur avec la mise en œuvre de Parcoursup. En 2019, un fonds d’aide pour la mobilité des jeunes devrait être créé pour favoriser un déménagement ou trouver un hébergement. Les BTS et les DUT sont des formations de plus en plus prisées.

Il faut privilégier la formation initiale, monter en compétence, évoluer, s’adapter professionnellement. In fine, il faut accepter de lancer aux orties vos aspirations et vos rêves professionnels pour subir la dure réalité économique de votre inutilité.

Le projet de loi de finance de 2019 prévoit une baisse de 20 % du budget consacré à l’emploi et une suppression de 1.800 postes dans l’éducation nationale. Et pourquoi pas ? Votre flexibilité compensera.